Femmes chrétiennes et maris non-croyants

 
Print Friendly

Aux sœurs qui ont des maris non-croyants :

1 Pierre 3 :1 (version Parole de Vie) « De façon semblable, vous, les femmes, obéissez à votre mari. Alors, même si votre mari ne croit pas à la parole de Dieu, il sera gagné à la foi par votre conduite, et cela, sans paroles.  En effet, il verra combien votre vie est pure et pleine de respect.  Votre beauté ne doit pas être extérieure: coiffure compliquée, bijoux en or, robes trop élégantes.  Elle doit être cachée à l’intérieur de vous-mêmes. Un coeur doux et calme, voilà la beauté qui a beaucoup de valeur pour Dieu, et elle ne disparaît pas.  Autrefois, les femmes croyantes qui espéraient en Dieu avaient cette beauté-là, parce qu’elles obéissaient à leur mari.  Par exemple, Sara obéissait à Abraham, et elle l’appelait «Mon maître». Maintenant, vous êtes ses filles, si vous faites le bien sans vous laisser troubler par aucune peur. Il sera gagné à la foi par votre conduite, et cela, sans paroles. »

L’ apôtre Pierre donne des instructions judicieuses aux femmes chrétiennes dont les maris ne croient pas. Il souligne, entre autres, que ce n’est pas par des paroles qu’ils seront amenés à la foi mais par un comportement de fidélité de leurs épouses chrétiennes à la parole du Seigneur. L’apôtre Paul écrit que des relations paisibles entre des conjoints, dont l’un n’est pas chrétien, permettent de préserver l’unité du foyer et l‘avenir spirituel des enfants.

« De même, si une femme a un mari non-croyant et qu’il consente à rester avec elle, qu’elle ne le quitte pas. Car, du fait de son union avec sa femme, le mari non-croyant est bien un mari légitime et, de même, du fait de son union avec son mari chrétien, la femme non-croyante est bien une épouse légitime. Autrement leurs enfants seraient des enfants naturels, alors qu’en réalité ils sont légitimes. Mais si le conjoint non-croyant est déterminé à demander le divorce, eh bien, qu’il le fasse; dans ce cas, le frère ou la sœur n’est pas lié. Dieu vous a appelés à vivre dans la paix. Car toi, femme, tu amèneras peut-être ton mari au salut, mais en fait qu’en sais-tu ? De même, toi, mari, tu amèneras peut-être ta femme au salut, mais en fait, qu’en sais-tu ? 1 Corinthiens 7 :13/16 (version du Semeur).

Ce n’est certes pas évident de vivre sa foi pleinement lorsque son mari n’est pas converti. C’est un sage conseil et un devoir que nous avons envers nos jeunes filles qui ont le projet de se marier avec un non-croyant car il peut être un obstacle pour leur vie de chrétienne.

Étant enfant de Dieu il y a l’éducation des enfants, les fréquentations, les loisirs, des choses qu’il faudra bannir. Il en va de la soumission à la parole de Dieu. Or, si le jeune homme est indifférent, ne s’intéresse pas, ne pose pas de questions ou même s’il vient vous accompagner de temps en temps, soyez vigilantes : l’engagement du mariage… c’est pour la vie ! Nous connaissons des exemples ou le jeune homme a été très conciliant avant le mariage et ensuite est devenu très intolérant. Se référer à 1 Corinthiens 7:16 serait d’une grande sagesse :

« Toi qui es chrétienne, est-ce que tu es sûre de sauver ton mari ? Et toi qui es chrétien, est-ce que tu es sûr de sauver ta femme ? »

C’est une décision qui demande beaucoup de prière, seule, en tête-à-tête avec le Seigneur mais aussi avec l’assemblée si nous en fréquentons !

Les femmes mariées

Venons maintenant aux sœurs qui sont mariées avec un non-croyant qui est vraiment hostile à ce que l’épouse pratique sa foi, aille aux réunions de semaine, au culte le dimanche. C’est une souffrance pour elle, il n’y a pas d’épanouissement spirituel. C’est souvent un sujet de querelle dans le foyer. C’est un combat permanent pour vivre sa foi. Cela demande la prière, la communion avec son Dieu, la lecture de sa parole qui fortifie, qui encourage, qui console, qui apaise son âme. Il y a aussi la communion fraternelle, moment de partage avec les membres de l’Église, les enseignements de la parole de Dieu, les réunions de prière, le soutien des frères et sœurs sont très réconfortants.

D’autre part, lorsqu’il y a réunion de famille et que personne n’appartient au Seigneur, c’est parfois difficile d’y participer lorsque nous sommes seules à avoir la foi. C’est un dilemme mais nous sommes parfois obligées et contraintes d’y assister, surtout si ce sont nos proches. Cependant, par notre engagement à suivre Jésus, dans une vie de soumission, nous sommes une nouvelle créature, par conséquent nous devons en priorité plaire à Dieu. Il nous exhorte à être « des bons témoins au milieu des païens, avoir une bonne conduite afin qu’ils remarquent nos bonnes œuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera ».

Mes conseils

A mon avis les femmes chrétiennes dont le mari n’est pas converti ont à faire preuve de sagesse, de patience, de foi et de persévérance.

Sagesse :  bien des femmes sont trop indépendantes vis-à-vis de leur mari. Je m’explique… Nos décisions doivent être prises en tenant compte de l’avis de notre conjoint. Dans un couple marié l’homme et la femme dépendent l’un de l’autre et, pour ne pas l’avoir compris, des sœurs ce sont occasionnées bien des épreuves. Nous avons vu des comportements totalement inconscients : lorsqu’après un culte l’épouse restait papoter avec ses amies, sans se préoccuper du mari qui l’attendait à la maison.

Patience et persévérance : iIl faut savoir attendre le temps où Dieu touchera leur cœur et cela nous paraît long parfois… Une sœur dont le mari était très opposé à sa foi a subi de nombreuses humiliations. Malgré cela, elle a persévéré dans sa fidélité au Seigneur, en continuant de prier pour son mari qui, juste avant de mourir, a demandé la visite du pasteur. Il s’est repenti, demandant pardon à Dieu et à sa femme et a reçu Jésus comme son Sauveur.

Foi :  même dans des situations très difficiles, gardez une ferme confiance dans le Seigneur, comptant sur sa Grâce car Lui seul peut convaincre et attirer à lui votre mari. Rien ne Lui est impossible.

Nous connaissons la souffrance des sœurs qui vivent dans ces circonstances et nous les encourageons à persévérer dans la prière et dans la fidélité à Dieu car il existe de nombreux témoignages du secours du Seigneur dans des situations parfois désespérantes.