Etre en couple ou ne pas l’être, it’s the question

Coucou les amis!

Je voudrais vous parler d’amour, du couple et par extension de l’engagement dans le mariage. Quand j’étais enfant, j’adorais les contes de fées. Je trouvais que c’était beau ces histoires où un prince venait ravir le coeur de sa belle en bravant des dangers. Dans mon coeur d’enfant, puis d’adolescente, je m’imaginais que cette personne devait être vraiment exceptionnelle. Je suis quelqu’un d’exigeant depuis toujours et je voulais être moi aussi une personne extraordinaire pour ce cadeau que la vie me donnerait.

Je me suis mariée en novembre 2011 avec une des personnes les plus sociables et avenantes que je connaisse. Une des premières choses que j’ai apprise avec lui, c’est que les contes de fées n’existent pas lol, ce sont bien des contes, donc des histoires. Dans ces histoires, c’est souvent le preux chevalier qui secourt sa belle et pas l’inverse, c’est possible mais j’ai découvert que dans la vie réelle, il y’a un secours mutuel. La femme n’est pas plus en détresse que l’homme et l’aide que cette dernière peut lui apporter ne doit pas se substituer aux efforts qu’un homme doit faire dans la gestion autonome de sa vie. Dans plusieurs types de cultures, j’ai remarqué qu’on apprenait aux femmes à bien se comporter pour la pérennité de leur foyer et en Côte d’Ivoire par exemple, on apprend aux femmes tout ce qu’il faut pour retenir leurs maris (nourriture, sexe, séduction). Je me demande même pourquoi on doit les retenir car personne ne les a obligé à s’engager. L’engagement est censé être volontaire et conscient, et il appartient à chacun de veiller sur sa parole et son attitude.

De plus, je constate aussi que c’est la mode en ce moment de voir des vidéos de mariage magnifiques sur la cérémonie du mariage. Personnellement, je me suis mariée à une période où ça n’était pas encore trop in. Je me dis que si la vie en couple était comme les vidéos , ce serait génial lol. Le mariage n’est pas du tout, les strass et les paillettes. En ce qui me concerne, c’est dans mon couple que j’ai pu révéler toutes mes fragilités et mes succès. J’ai appris à être un soutien et à porter mon conjoint, à ne pas regarder qu’aux biens matériels pour être heureuse. Beaucoup veulent s’engager alors qu’ils ne sont pas matures, parce que c’est tellement beau de se marier et pourtant, ce n’est vraiment pas suffisant comme fondement. L’immaturité et la mauvaise foi font du tort et détruisent ce qu’on a peiné à construire.

En outre, j’ai souvent entendu dire que les hommes se nourrissaient de respect, que c’était vital pour eux d’être respectés et que ça aidait beaucoup à l’harmonie du foyer. Lorsque je me suis mariée, j’ai décidé de respecter mon mari même lorsqu’il n’était pas respectable mais j’ai surtout découvert que les femmes aussi avaient un grand besoin de respect et d’écoute. En fait, le respect va de pair avec l’honneur. J’ai vu autour de moi, beaucoup de femmes qu’on rabaissait justement parce qu’elles étaient des femmes et j’ai trouvé cela injuste.

Enfin, j’ai appris aussi que le secret pour qu’un couple fonctionne bien, c’était de bien communiquer. Dans mon couple, ça a été un des plus gros challenges, je crois. Quand on discute et qu’on ne s’écoute pas, la communication est loin d’être fluide. Et quand il n’y a plus de communication, il n’y a plus de communion. Depuis quelques temps, nous vivons une amélioration au niveau de la communication car nous avons été entourés par un couple qui nous a appris à traduire notre langage de sorte qu’il soit compréhensible l’un pour l’autre. Exprimé ainsi, on dirait que nous parlions deux langues différentes mdrrr. Je vous rassure, nous sommes tous deux francophones mdrrrr . Notre communication était parasitée, empoisonnée par ce qu’on appelle des “filtres”. Chacun interprétait le comportement de l’autre de manière erronée car sachez-le, la communication n’est pas uniquement verbale mais elle revêt un aspect non verbal, qui est très important. Et cela nous empêchait de communiquer aisément. Un de mes gros défauts aussi c’est que quand je suis passionnée par quelque chose dans une conversation, je parle plus que je n’écoute. C’est donc l’un de mes axes de progression.

Je prends le temps de vous exposer nos défis et nos victoires pour que vous sachiez qu’être en couple, est une aventure formidable pourvu que chacun se donne la peine de s’investir pleinement. Est-ce que ça vaut le coup d’être en couple? Je crois que Dieu nous a créé pour l’amitié, pour l’intimité, le partage. C’est sûr que l’intimité n’est pas innée au couple mais elle se travaille, elle se façonne et dessine à force de patience et de persévérance.
La plus grande erreur qu’on fait parfois, c’est de vouloir transformer son partenaire quand on se met en couple, de vouloir le changer à notre propre image. Très souvent, la différence fait peur ou rend intolérant. En mûrissant, on se rend vite compte que la différence est bien une force par contre, refuser de se remettre en question, peut porter préjudice à l’harmonie du couple. Il y’a tant de choses dans notre manière de fonctionner, provenant aussi de notre éducation, dans notre caractère aussi , qui ont besoin d’être corrigées, pour faire de nous des personnes plus belles, plus agréables à vivre et épanouies. Une des voies par excellence pour ce changement passe par le chemin du mariage, qui est censé être un engagement éternel. Si je vous dit que c’est très facile parce qu’on est croyant, ce ne serait pas la vérité. Je crois que ça peut fonctionner quand on se met avec quelqu’un et qu’on est conscient qu’on fait le choix de ne plus penser uniquement à soi, et enfin qu’on est prêt à beaucoup de sacrifices pour rendre l’autre heureux. Je parle ici de personnes qui sont psychologiquement saines un minimum (être avec un pervers narcissique, un manipulateur, un vampire psychique ou une personne violente physiquement ou psychologiquement, c’est une autre histoire).

J’ai encore beaucoup de choses à apprendre mais ce texte est un peu comme un bilan à l’aube de ce fameux cap des 7 ans de mariage. On a connu des hauts et des bas, mais la plus belle décision que j’ai prise au bout de cette période, c’est de renouer pleinement avec moi-même, mes centres d’intérêt, ma personnalité, d’investir en moi. En fait, j’ai enfin réalisé qu’être en couple, n’était pas la fin du “je”. C’est un savant mélange de 2 “je” qui ne s’effacent pas , mais qui plutôt se complètent merveilleusement avec pour objectif final de rayonner dans ce monde par leur amour et leur unité.

Beaucoup de mythes sur lesquels j’avais bâti mon couple, sont tombés au cours de cette septième année. Cela a été violent mais aujourd’hui, je peux dire qu’il n’y a rien de plus beau que de bâtir sur la vérité. Aujourd’hui, j’ai décidé d’aimer mon mari, le vrai, et non pas celui que je croyais épouser. C’est une nuance importante car on se connaît mieux aujourd’hui par la grâce de Dieu et là où nous avons commis des erreurs, là où nous n’avons pas été aidés dans notre préparation au mariage, Sa grâce fait amplement la différence.

Source:
https://web.facebook.com/notes/colombe-journey/etre-en-couple-ou-ne-pas-l%C3%AAtre-its-the-question/363257954244946/

About The Author


Colombe Bethel

Songwriter/singer/auteur-compositeur interprète/ heart of worship/modeuse